Le contenu de la campagne
Pourquoi Sans/100 dÉtours pour changer le monde
DÉmocratie dans les groupes

C'est ben d'valeur

Comment Ça des outils de luttes
 
 

Sans/100 Détours pour changer le monde

Que signifie ce slogan?

C'est un slogan qui parle de l’urgence d’agir face aux inégalités sociales et qui met de l’avant les pratiques d’éducation populaire autonome (ÉPA) comme moyen de parvenir à nos fins.

 

1. Sans détour pour changer le monde

Sans détour pour changer le monde

parce que la société doit changer.


Changer le monde et toutes les situations inacceptables que les gens vivent, voilà l’objectif des mouvements sociaux, des organismes communautaires et des groupes populaires. C’est l’objectif du MÉPACQ, quoi!

Cela se révèle encore plus important aujourd’hui où, dans une logique de compétitivité poussée à l’extrême, nous sommes amenéEs à lutter les unEs contre les autres et à nous occuper uniquement de nous-mêmes et de notre réussite personnelle. La poursuite de ces valeurs entraîne une diminution considérable de l’entraide et de la solidarité qui sont des liens qui nous rassemblent. Ce contexte est aggravé par une mondialisation économique effrénée qui rend le pouvoir que nous avons sur nos vies de plus en plus mince et qui importe et exporte plus d’oppression pour la majorité des humains que de bonheur ou de bien-être.

Face à cette situation, nous sommes plus que jamais convaincuEs qu’il est urgent d’agir dans nos vies et dans nos communautés pour renverser la vapeur, pour recréer un tissu social viable et pour inventer un monde qui soit à la hauteur de nos désirs et de nos folies.

Les manchettes des journaux nous rappellent que les gens sont trop souvent victimes d’oppression économique, culturelle, sociale et/ou politique. Pourtant, parmi toutes ces mauvaises nouvelles, il en ressort quelquefois une bonne. La société est faite de jeux de pouvoir qui influencent nos vies et ce sont des personnes comme nous qui décident, en dernier ressort, des règles du jeu. Quelle est la bonne nouvelle? Ces règles-là, qui nous oppriment et que nous trouvons injustes, nous avons le pouvoir de les changer. Alors, pourquoi faisons-nous de l’ÉPA? Pour changer ensemble les règles du jeu.

Le MÉPACQ croit qu’à l’heure où le bien commun est menacé (l’eau, la terre, nos forêts, nos institutions, nos acquis sociaux, etc.), l’ÉPA devient une sorte d’antidote au fatalisme et au désintérêt envers la chose publique. Elle sert à promouvoir une société basée sur la justice sociale.

L’éducation populaire autonome (ÉPA) est le moyen que nous privilégions pour renverser cette tendance et pour amener les citoyens et les citoyennes à construire un pouvoir autre que celui de l’argent et du profit de quelques-unEs afin de bâtir ensemble un monde plus empreint de justice sociale.

2. 100 Détours pour changer le monde

100 détours pour changer le monde

parce que pour changer la société,
il faut s’en donner les moyens.

L’ÉPA, ce sont des moyens que nous choisissons ensemble pour être plus fortEs et être à même de changer le monde. Dans une démarche d’ÉPA, il faut savoir saisir toutes les occasions possibles (réunions, comités, dîners, activités de représentations, etc.) et en faire des moments d’apprentissage. Des moments où l’on utilise les expériences et les connaissances des membres pour réaliser une activité pour en faire une démarche d’affirmation de soi et de prise en charge collective. Car, pour nous, l’ÉPA, c’est devenir ensemble les créateurs et les créatrices de notre culture, de notre histoire et de notre projet de société, et non pas seulement accumuler des connaissances ou se former en vue d’occuper un emploi.

Cela dit, ceci ne semble pas évident à mettre en pratique. Traverser le pays semble presque impossible sans un moyen de transport adéquat, mais, grâce à l’avion, rien n’est plus facile. Nous avons besoin d’outils. Nous avons besoin d’équipement pour développer nos pratiques d’ÉPA. C’est ce que nous souhaitons mettre de l’avant dans cette campagne.

Évidemment, chaque groupe d’ÉPA produit annuellement quelques outils intéressants. Mais, trop peu souvent, trouverons-nous le temps de les partager avec d’autres. Nous travaillons fort, mais nous manquons de temps pour que notre travail soit utile à d’autres groupes. Souvent, nous réinventons la roue. Il faut que cela cesse. Nous pouvons être plus efficaces, plus près de nos membres et plus pédagogiques en travaillant différemment.

En ÉPA, le chemin est aussi important que la destination. Travailler en ÉPA, c’est prendre des chemins de traverse, de petits détours ou des passages peu fréquentés pour participer collectivement à prendre conscience de la société qui nous entoure. Nous devons développer une conscience critique par rapport aux problèmes sociaux que nous vivons et prendre des moyens à notre mesure pour changer cette société. Souvent, on se fait prendre, les détours deviennent des raccourcis et on atteint les objectifs fixés collectivement plus efficacement. Tant mieux. Chaque détour est un outil. Chaque outil sert l’objectif d’une plus grande participation au changement social nécessaire pour que touTEs vivent dans un monde où ils/elles ont leur place sans avoir à écraser les autres pour la gagner.